Comité de Côte d'Or de la Ligue contre le cancer

38 bis rue de Tivoli - BP40750 - 21007 Dijon cedex

 

CANCER DU POUMON ET TABAGISME

 

Il existe deux situations d'atteinte cancéreuse du poumon :

- Les cancers naissant à partir des bronches dit cancers bronchiques primitifs

- Les cancers secondaires dit métastatiques correspondant à une localisation aux poumons d'un cancer d'un autre organe. Ces cancers métastatiques relève du traitement du cancer de l'organe de départ.

Nous aborderons ici que les cancers primitifs d'origine bronchique.

 

 

Les cancers du poumon sont en constante progression dans le monde (plus de 1 million de nouveaux cas chaque année) En France, 30.651 nouveaux cas annuels sont diagnostiqués, dont 6.714 cas chez la femme, chiffre qui devrait s'accroître compte tenu de l'augmentation du tabagisme chez les jeunes filles et les femmes. En Bourgogne, on observe 810 cas chaque année, dont 695 cas chez l'Homme et 115 cas chez la femme.

C'est un cancer grave dont la mortalité croit régulièrement. En Bourgogne, sont signalés chaque année 778 décès dont 656 chez l'Homme et 122 chez la femme. C'est la première grande cause de mortalité par cancer.

La consommation de tabac est le principal facteur de risque de la maladie justifiant la prévention et la lutte contre le tabagisme. Compte tenu de la précocité du tabagisme régulier à l'âge de l'adolescence, les cancers du poumon atteignent maintenant des sujets jeunes, parfois dès 40 ans.

Risques professionnels

En dehors du tabac, on retrouve dans 15 % des cas, une origine professionnelle aux cancers du poumon. Ce sont des professionnels en contact avec l'amiante, le radon, l'arsenic, le nickel, le chrome et les goudrons.

Le rôle de la pollution atmosphérique n'est pas mis en évidence dans les enquêtes épidémiologiques.

Le facteur professionnel est de toute façon moins important que celui du tabac. 

Aspects Cliniques

Les symptômes révélant un cancer sont multiples, de nature très différente et n'attirant pas forcément l'attention  chez un fumeur (essoufflement, toux, crachats). Toutefois les affections chroniques du fumeur et certains symptômes devront faire consulter un médecin :

bullet

Infections pulmonaires récidivantes

bullet

Pleurésie

bullet

Essoufflement

bullet

Toux chronique, crachats sanglants

bullet

Enrouement et modification de la voix

bullet

Douleurs du thorax ou des épaules irradiant dans le cou ou un bras

D'autres signes seront pris en compte :

bullet

Altération de l'état général (fatigue, anémie, fièvre, amaigrissement)

bullet

Oedèmes du visage et du cou

bullet

Déformation des doigts et des ongles

bullet

Ganglions dans la partie basse du cou ou dans les salières (creux derrière les clavicules)

Tous ces signes chez un fumeur consommant du tabac depuis plusieurs années, doivent alerter. Un bilan sera pratiqué : radiographies pulmonaires, scanner, fibroscopie bronchique permettant de visualiser l'intérieur des bronches et d'effectuer des prélèvements pour étude histologique.

Traitements

L'arrêt du tabac est la première étape du traitement.

Le traitement dépend de la nature et du stade d'extension de la maladie. On distingue 2 types de cancers : les cancers non à petites cellules (NAPC) et les cancers à petites cellules (PC)

1 - Les cancers non à petites cellules (NAPC)

Lorsqu'elle est possible (âge du malade, état général, contre indications éventuelles), l'ablation chirurgicale de la tumeur enlève un lobe pulmonaire ou tout le poumon. Elle sera précédée ou suivie d'une chimiothérapie.

Si la tumeur ne peut être enlevée, une radiothérapie sera associée à la chimiothérapie.

Enfin, s'il existe des métastases à distance et que l'état général du malade le permet, seule une chimiothérapie sera proposée car elle augmente le confort et la durée de survie.

 

    

Tumeur isolée (blanchâtre) développée dans la lumière de la bronche primitive du poumon, responsable d'une obstruction totale de la bronche avec dilatations des autres bronches d'amont, et ayant nécessité l'ablation de la totalité du poumon.

1 - Les cancers à petites cellules (PC)

Ils relèvent d'une chimiothérapie.

 

Une radiothérapie sera associée à la chimiothérapie dans les formes localisées.

 

Une irradiation du cerveau est préconisée dans certaines formes de ces cancers pour prévenir les métastases cérébrales.

 

 

DEPISTAGE DES CANCERS DU POUMON ?

 

Aujourd'hui, il n'y a pas de bons moyens pour dépister les cancers du poumon. Nous ne disposons pas de preuves sur l'intérêt du dépistage par scanner, technique qui fait actuellement l'objet d'études.

 

En fait, les moyens les plus simples d'éviter les cancers du poumon, sont :

bullet

ne pas fumer soi même

bullet

ne pas enfumer les autres si l'on est fumeur

bullet

tout faire pour que les enfants et adolescents ne commencent pas à fumer.

 

LE TABAGISME EN FRANCE

En France, 60.000 morts (cancer et autres maladies) par le tabac, chaque année : le tabac tue 30 % des hommes, 50% de ses adeptes n’atteindront pas 70 ans, il est en cause dans 90 % des cancers du poumon, il aggrave les maladies respiratoires, il majore les accidents cardio-vasculaires et les infarctus du myocarde, il est toxique et grave pour le fœtus de la femme enceinte et pour son nouveau né.

La durée de l'exposition à la fumée de tabac (nombre d'années pendant lesquelles on a fumé) est quatre fois plus déterminante que la quantité de cigarettes fumées. A l'arrêt du tabagisme, le risque de survenue d'un cancer du poumon diminue régulièrement avec le temps, aussi quelque soit l'âge, il n'est jamais trop tard pour arrêter de fumer.

La connaissance de ces risques n’empêche pas la vente de 55 milliards de cigarettes, 1,9 millions de cigares et 8,2 milliards de tonnes de tabac à rouler. Il est vrai que cette vente rapporte 17,7 milliards d’euros dont 11,6 milliards vont à l’Etat. Il n’est pas question de faire une chasse aux sorcières ; après tout, ceux qui fument prennent leurs risques, bien que chacun de nous mette ensuite la main à la poche pour payer les frais médicaux qui en résultent ! Mais en matière de Santé Publique et de réactivité au Plan Cancer, on ne peut rester indifférent. 

LE TABAGISME PASSIF

Mais ceux qui ne fument pas et qui « bénéficient » régulièrement de la fumée des fumeurs, à domicile ou au travail : cela s’appelle le tabagisme passif. En dehors du fait que cette indisposition à la fumée soit signalée par trois quart des Français et par 50 % des fumeurs eux même, on connaît depuis 1981, la nocivité de ce tabagisme passif, dont la fumée de tabac a été reconnue comme cancérigène par le Centre International de Recherche sur le Cancer. 

Ce tabagisme passif est responsable en France de 3.000 décès par an, chiffre probablement sous évalué car donné pour 11.000 morts en Grande Bretagne. Il est également en cause dans 25 % des cancers du poumon des non-fumeurs. De plus, il est un risque cardio-vasculaire majorant de 25 % les infarctus du myocarde et responsable des 2.500 décès qui en résultent.

 Si les fumeurs sont conscients en général de la gêne qu’ils procurent, ils ne sont probablement pas convaincus de mettre en danger les personnes de leur entourage par la fumée du tabac. Tout le monde s’accorde pour affirmer que la loi Evin régissant le tabagisme est excellente, mais inapplicable (ou inappliquée), car sa mise en œuvre est trop complexe. La proposition de loi déposée par le député du Bas Rhin, le Dr Yves Bur, chirurgien dentiste, demande « qu’il soit interdit de fumer dans tous les lieux fermés et couverts qui accueillent du public ou qui constituent un lieu de travail, ainsi que dans l’enceinte des établissements d’enseignement et d’éducation. »

TABAGISME ET ADOLESCENTS

Que faut-il penser de l'interdiction de vente du tabac aux adolescents de moins de 16 ans ?

Lire l'article

 

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS : Commande

Information Prévention : Les cancers du poumon

Tabac - pour mieux connaître ses dangers

 

Accueil            Accès au Comité          Plan du site web          Statistiques

Date de mise à jour : 09/03/2014