Octobre Rose est le mois choisi pour sensibiliser les femmes au dépistage généralisé du cancer du sein. Il leur rappelle l’intérêt majeur de la mammographie avec double lecture, pratiquée entre 50 et 74 ans et répétée tous les 2 ans. Mais il est souhaitable de tenter de détecter précocement des anomalies mammaires. Des gestes simples amèneront la patiente à consulter son médecin traitant ou un gynécologue.

Ces examens effectués par la patiente elle même doivent être effectués idéalement après les règles mais jamais pendant l’ovulation qui modifie l’aspect et la consistance de la glande mammaire.

EXAMEN DES SEINS

Devant un miroir, il convient de s’assurer de l’aspect normal des seins : absence d’asymétrie de 2 seins, pas de rétractation ou d’induration de la peau.

Il n’existe pas de ride cutanée ou de rougeur anormale de la peau. On ne note pas d’anomalies à type d’eczéma du mamelon.

La présence d’une petite tâche rougeâtre dans le soutien gorge, témoin d’une lésion hémorragique, souvent bénigne, d’un canal galactophore, sera signalée.

PALPATION DES SEINS

Elle s’effectue idéalement sous la douche avec la main savonnée, ce qui permet de mieux percevoir les anomalies sous cutanées de la glande mammaire.

Il faut palper fermement la glande, du bout des doigts, en cercles concentriques en remontant jusqu’aux clavicules.

En levant le bras, la palpation s’attardera sur la région entre le sein et l’aisselle en recherchant une éventuelle grosseur ou induration.

Le creux de l’aisselle sera bien exploré.

EN CONCLUSION

Ces règles d’examen s’appliquent  à tout âge et sont à répéter régulièrement. Toute boule ou anomalie persistant plus d’une semaine devra faire l’objet d’un contrôle médical avec exploration radiologique. Il faut savoir qu’il s’agit le plus souvent d’un simple kyste ou d’un petit fibroadénome bénin du sein.

Des anomalies bilatérales à type de boule dans les deux seins, sont le plus souvent liés à des phénomènes hormonaux avec remaniements histologiques bénins de la glande (Mastose). Leur persistance nécessite toutefois des examens complémentaires.

En cas de rougeur du sein, un traitement antibiotique peut être débuté mais si elle persiste sous traitement , il faut penser à un cancer inflammatoire nécessitant une biopsie même si les examens mammographiques et échographiques sont normaux.

Cet examen d’autopalpation fait régulièrement, rassurera la patiente et l’amènera à  demander rapidement un avis médical en cas de découverte d’une anomalie palpable.

Sources :

Quotidien du médecin, 21/10/2019, N° 9780

Cours de cancérologie, Dr H. Bastien

 

Dr Henri BASTIEN

Ancien Président du Comité de Côte d’Or