Le Professeur Louis JEANNIN, pneumologue et tabacologue, est sans nul doute un des meilleurs experts renonnu en matière de lutte contre le tabac. Nous l’avons interrogé sur ce qu’il pensait de l’intérêt de la cigarette électronique pour aider le fumeur à l’arrêt du tabac.

1 – Les cigarettiers furent parmi les premiers à être inquiets en constatant la baisse des ventes de tabac liée à la cigarette électronique, et à en racheter les brevets.

2 – L’histoire d’un vapoteur est souvent celle d’un fumeur de longue date, lassé de toutes ses tentatives médico-assistées et qui tente la vape, sans grande estime pour la méthode, tant il a entendu d’opinions divergentes, …

3 – En août 2015 le Service de Santé du Royaume-Uni déclarait que la e-cigarette était à 95% moins nocive que le tabac ; son usage rendait compte de la chute du taux des fumeurs, devenu un des plus bas d’Europe (20% de fumeurs réguliers contre 30% en France) ; il convenait donc qu’elle puisse être proposée à tout fumeur ; ce qui est fait actuellement.

4 – L’efficacité du “ vapoteur  ”personnel – terme préféré à celui d’e-cigarette – est démontrée en France par l’enquête de l’INPES (plus de 400.000 fumeurs ont arrêté) et par l’Eurobaromètre TABAC qui fait état de l’arrêt du tabac par six millions d’européens.

5 – Pour que ça marche, que faut-il ?
Une motivation forte, bien sûr, mais pas impérative. Un achat dans une boutique de vape de grande marque, spécialisée, et non chez un buraliste (dont le matériel est fait pour répondre exactement aux oukases des Directives Européennes, et non pour arrêter de fumer…).
6 – Une utilisation correcte (fréquence des séances, technique d’inhalation, …). Un matériel récent, un dosage en nicotine suffisant et adapté à l’importance du tabagisme ; un parfum plaisant, choisi par le vapoteur ; un contrôle des résultats : il est extrêmement gratifiant de constater la diminution du nombre de cigarettes fumées, souvent dès les premiers jours; l’arrêt en deux semaines n’est pas rare. Les échecs les plus fréquents sont liés à une technique d’inhalation incorrecte, à un matériel obsolète, à un taux de nicotine insuffisant.

7 –  Quels reproches fait-on à la e-cigarette ?
-”Elle contient de la nicotine, au moins au début ; or la nicotine rend dépendant”. La nicotine n’est qu’un des éléments de la dépendance, parmi d’autres substances. Paradoxe gênant : elle est connue essentiellement comme le médicament le plus utilisé pour traiter la dépendance, et accessible sans ordonnance (gomme, patch, inhalateur, …). Cherchez l’erreur !
-”Les liquides comportent de nombreux produits toxiques” : pour l’individu, si à court et moyen terme, après plus de dix ans d’expérience, aucun risque n’est observable, le risque à long terme est inconnu. Cela le restera probablement toujours : car comment attribuer à la vape un évènement inattendu (de quel type ? Clinique ? Biologique ?), plutôt qu’aux 30 ou 40 années de tabagisme antérieures?
Les normes françaises AFNOR sur la cigarette électronique parues en mai 2015, résultant d’une participation collégiale très large, sont retenues par les Directives Européennes pour leur qualité ; elles concernent le matériel et les e-liquides. C’est un gage de haute valeur pour rassurer le vapoteur.

”Risque de passage du vapotage à la cigarette conventionnelle” ? Les études faites au Royaume-Uni et en France montrent qu’à 98%, les vapoteurs sont des fumeurs ; la vape les aide à arrêter ou à diminuer. Elle n’est en rien une porte d’entrée dans le tabagisme.

8 – Un bilan économique très positif
Pour le vapoteur: utiliser la e-cigarette (en incluant tous les accessoires nécessaires à son utilisation) est environ 4 fois moins cher que la cigarette de tabac.
Pour l’entreprise: le vapoteur est moins souvent arrêté, plus productif; il fait pauses plus courtes
Pour l’emploi : le secteur de la vape, s’il n’est pas détruit par la règlementation européenne, est un fort créateur potentiel d’emploi
Pour la Sécurité Sociale, à terme, … par les maladies évitées : le tabac coûte 120 milliards d’euros par an à la France ; les taxes lui en rapportent environ 15 milliards.

9 – L’avenir :
Le seul espoir pour Marisol Touraine de voir ses objectifs de baisse du tabagisme réalisés : écouter les vapoteurs, leurs associations, les professionnels des addictions ; l’arme de destruction massive contre le tabagisme n’est pas le paquet neutre, mais bien le vapoteur personnel ! Lutter contre son utilisation est contre-productif, … Elle peut sauver des millions de vie !