Il y a près de 80 000 nouveaux cas de cancer de la peau chaque année en France. On dénombre annuellement 70 000 carcinomes et 15 153 mélanomes (2018). Ces derniers régulièrement en augmentation sont les plus graves des cancers de la peau). En 2018, ils ont été été responsables de 1 975 décès dont 57 % chez l’homme.

Les carcinomes

Le carcinome baso-cellulaire peut avoir l’aspect d’une petite perle qui se développe lentement et progressivement ou d’une petite zone blanchâtre, cicatricielle qui s’agrandit petit à petit ou encore une ulcération qui ne cicatrise pas. Les carcinomes basocellulaires sont des tumeurs qui n’ ont qu’ une malignité locale. Ils ne produisent pas de métastases, ni dans les ganglions, ni à distance. Si on les laisse évoluer longtemps, sans les traiter, ils peuvent se développer en profondeur et envahir les tissus qui se trouvent sous la peau, un muscle, un os ou même l’ organe qui se trouve sous la lésion cutanée. De nos jours, de telles évolutions sont devenues très rares.

Le carcinome spino-cellulaire apparaît sous forme d’une croûte qui bourgeonne et peut ensuite saigner. Ces cancers apparaissent le plus souvent sur le visage, les épaules, les avant-bras et les mains. Le carcinome spinocellulaire est  une tumeur capable d’ engendrer des métastases dans les ganglions ou dans des organes à distance (poumons notamment). Une telle dissémination se rencontre dans 2 à 5% des cas, lorsqu’ il s’ agit d’ un carcinome spinocellulaire de la peau. Ce taux est plus élevé, de l’ ordre de 20%, lorsque le carcinome spinocellulaire s’ est développé sur une muqueuse, par exemple au niveau des lèvres ou des organes génitaux.

.

Les mélanomes

 

 

Ils se développement assez rapidement, souvent à partir d’un « grain de beauté » plat, sans poil. C’est une lésion d’aspect pigmenté qui s’étend en superficie d’abord, en épaisseur ensuite, change de forme et de couleur. Toute lésion de ce type se modifiant, ou d’apparition récente, doit amener à demander un avis médical. le mélanome est le plus grave des cancers de la peau, du fait de son « haut potentiel métastatique », c’est-à-dire de sa capacité à se propager rapidement à d’autres parties du corps.

 

 

 

.

La règle de l’ABCDE récapitule les caractéristiques devant faire craindre un mélanome :
– Asymétrie
– Bords irréguliers
– Couleur non homogène, polychrome
– Diamètre supérieur ou égal à 6 mm
– Evolution : changement de taille, de forme, d’épaisseur, de couleur .

 

Toute lésion cutanée qui ne cicatrise pas après 2 mois doit amener à demander un avis médical. Pour les personnes présentant un risque, il est recommandé :
– de se faire examiner par un dermatologue,
– d’effectuer un auto-examen régulièrement.

Pour en savoir plus

INCa – Les cancers de la peau

INCa – Dépistage des cancers de la peau