Comment remédier aux effets secondaires des traitements : troubles du goût et de l’odorat et la prise de poids

Dans une première et seconde partie, nous avons vu comment remédier à certains troubles suite aux effets secondaires des traitements : le manque d’envie, la baisse de moral et les troubles de la déglutition et troubles digestifs et diminution des défenses immunitaires.

Dans cette troisième partie, nous allons aborder les troubles du goût et de l’odorat et la prise de poids.

LES TROUBLES DU GOÛT ET DE L’ODORAT

Parfois se rincer la bouche avec une eau gazeuse et du jus de citron avant de commencer un repas permet d’estomper le goût désagréable persistant dans la bouche.

Un goût métallique ou amer dans la bouche :

Les viandes rouges peuvent amplifier ce goût métallique dans la bouche, les poissons, œufs ou viandes blanches sont donc à privilégier par rapport aux viandes rouges.

Utiliser des couverts en plastique peut aider à prévenir ces déviances de goût.

Pour les cacher, des herbes aromatiques ou des épices peuvent être utilisées.

Les aliments paraissent trop salé :

Limiter l’apport en sel des plats, en diminuant l’ajout de sel de table dans les préparations et en faisant attention aux produits riches en sel (charcuterie, plats préparés du commerce, fromages, pain, biscottes, viennoiseries, biscuits apéritifs, …).

Une diminution du goût :

Donner du goût aux plats avec des épices et aromates, du citron, du miel, des raisins secs ou encore des noix. Mais aussi avec des aliments forts en goût comme les fromages fermentés, jambon fumé, poisson fumé, …

Les épices et aromates pour parfumer ses petits plats :

Elles sont une bonne alternative au sel et sont utiles en cas de manque de goût et pour camoufler le goût métallique et/ou amer dans la bouche.

Les épices :

Le piment d’Espelette peut remplacer le poivre, mais attention à la dose que l’on met car ça pique !

Le curry est un mélange d’épices (curcuma, coriandre, cardamome, cumin, poivres…). Il apporte couleur et saveur aux plats. Il peut être utilisé pour parfumer les légumes, le riz, les potages, les viandes blanches ou encore le poisson.

Le curcuma parfume légèrement et met de la couleur dans l’assiette. Il peut s’utiliser dans le riz, les pâtes, les soupes ou encore la sauce vinaigrette.

Le paprika est un piment très doux, il peut accompagner le porc, la dinde, le poulet et également les préparations à base de pommes de terre.

La fève Tonka se marie à merveille avec le chocolat, les crèmes et les desserts fruités. Mais aussi avec le salé, elle peut accompagner les produits de la mer ou encore les potages.

Les aromates :

L’oignon peut s’utiliser cru ou cuit et dans de nombreuses préparations.

L’ail est un aromate fort en goût. Comme pour l’oignon, il s’utilise dans de nombreuses préparations.

Le basilic parfume les salades ou encore les pâtes.

La ciboulette peut s’utiliser dans les salades ou dans les sauces.

Le gingembre peut être utilisé dans des sauces vinaigrettes, poisson, ou encore avec des légumes. De plus, il permet de soulager les nausées et vomissements.

Il existe de nombreuses autres épices et aromates qui ne sont pas citées dans cet article qui peuvent être utilisées dans la cuisine de tous les jours.

Des odeurs sont écœurantes :

Préparer des repas froids et ne pas manger dans la cuisine où les préparations ont été faites car les odeurs seront fortes.

Les préparations aux odeurs fortes : plats épicés par exemple ou encore poisson, sont à limiter.

Préférer les cuissons sans odeurs comme à la vapeur ou encore au four micro-onde. Il existe dans le commerce des sachets cuisson, ce qui permet d’éviter la diffusion d’odeurs fortes.

LA PRISE DE POIDS

Certains traitements peuvent induire une prise de poids excessive.

Que faire en cas de prise de poids ?

  • Faire 3 repas par jour.
  • Suivre les conseils d’une alimentation équilibrée et variée des articles suivant : « L’équilibre alimentaire, parlons-en, » et « Comment appliquer les conseils d’une alimentation équilibrée dans la journée ? »
  • Eviter le grignotage entre les repas
  • Ne pas se resservir et prendre le temps de manger
  • Limiter les aliments gras et sucrés.
  • Associer une activité physique régulière à cette alimentation équilibrée.

Sources :

  1. American Cancer Society, During Treatment : A Guide for Patients and Families, 2015.
  2. American Institute for Cancer Research (AICR), HEAL Well : A Cancer Nutrition Guide.
  3. Appendix A, Elliott L, Molseed LL, McCallum PD, Tips for managing nutrition impact symptoms, The clinical guide to oncology nutrition, p. 241-245, 2006.
  4. Dr. Philippe Pouillart, Cécile Buche-Foissy, Élise Toussaint, Claire Laroche, Aude Tiravy, Élodie Gidoin-De-Wulf, Pascal Chesnais, Dr Jean-Luc Dutel, Dr Sif Bendjaballah, Vite fait Bienfaits, programme NEODIA.
  5. Caroline Battu, L’accompagnement nutritionnel d’un adulte présentant des troubles olfacto-gustatifs chimio-induits, Elsevier Masson, 2015.