Nous avons interrogé deux psychologues cliniciennes, Bénédicte Francon, du Comité de l’Yonne, et Sandrine Charrier, ancienne psychologue du Comité de Côte d’Or, sur leurs actions au sein d’un Comité départemental de la Ligue contre le cancer.

Elles apportent leurs compétences d’écoute et d’accompagnement et leur soutien psychologique est proposé aux malades sous forme d’entretiens individuels ou de groupes de parole. Cette aide utile, largement confirmée par les bénéficiaires, est offerte aux malades en cours de traitement, mais aussi aux anciens malades souvent en fin de traitement, sans oublier les proches qui doivent assumer leur présence affective au quotidien.

 

Cette présence journalière de la psychologue salariée offre une grande et meilleure disponibilité pour toutes les personnes en souffrance se présentant spontanément au Comité. Mais on peut également compter sur leurs aptitudes pour organiser avec les membres du Comité, des expertises sur l’organisation de certaines activités ou pour des entretiens sur la motivation des bénévoles

 

Au niveau national parmi les 103 Comités, 76 proposent ce soutien psychologique, dans 51 % des cas par des prestataires et dans 33 % des cas par des salariées attachées au Comité. Être psychologue salarié au sein d’un comité départemental représente une valeur ajoutée au dynamisme de l’association.