En ce début d’année,  c’est aux malades qui découvrent un cancer et/ou qui bénéficient des lourds traitements par chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie que vont notre compassion, notre soutien moral et tous nos voeux.

L’annonce d’un cancer est toujours difficile à accepter, mais qu’ils n’hésitent pas à parler de leur maladie, d’échanger, de s’informer,  d’interroger leurs médecins. Connaître sa maladie rend plus fort. Qu’ils sachent que nous sommes dans une région où les compétences médicales sont fortes, et que nous disposons des moyens diagnostiques et thérapeutiques de dernière génération?

Qu’ils n’oublient pas que que les traitements ambulatoires les plus souvent proposés sont aussi faits pour leur permettre un retour réconfortant vers leurs proches durant les phases de traitement, et n’oublions pas qu’aujourd’hui 58 % des cancers sont guéris ainsi que 90 % de ceux du sein.

Qu’ils n’hésitent pas à se faire aider moralement et psychologiquement, à chercher des contacts positifs avec d’autres personnes suivies et guéries, et à profiter des nombreuses activités personnelles ou communautaires proposées par le Comité de Côte d’Or de la Ligue contre le cancer.

En continuant à  vivre normalement, à sortir, à rencontrer vos amis,  à profiter des loisirs que vous aimez,  votre vie n’en sera que plus douce et acceptable, ce que nous vous souhaitons de tout coeur.

Et nous vous adressons tous nos meilleurs voeux de guérison?

Le Comité de Côte d’Or

Nous nous sommes permis de reporter les conseils judicieux de madame Anne BREDART, docteure en psychologie médicale à l’unité de psycho-oncologie de l’institut Curie, parus dans la revue Vivre de décembre 2019, numéro 384, page 12-13

Personne n’est obligé de traverser l’épreuve du cancer tout seul.

Apprendre que l’on a un cancer, accepter les traitements, annoncer la maladie à ses enfants, reprendre son travail… sont autant de situations qui entraînent des difficultés, voire des troubles psychologiques qui peuvent altérer la qualité de vie des patients. Certains vont retrouver un équilibre rapidement. D’autres vont exprimer facilement le besoin de bénéficier de l’aide d’un professionnel. D’autres, encore, hésiteront à se livrer à quelqu’un qu’ils ne connaissent pas ou diront vouloir s’en sortir seuls.

Et pourtant, c’est important, de pouvoir parler de ses difficultés individuelles ou familiales, d’exprimer la façon dont on vit la maladie, de parler de sa fatigue, de ses inquiétudes, sa tristesse…

Personne n’est obligé de traverser seul ces moments difficiles. Certains patients peuvent témoigner que l’expérience du cancer fut l’occasion pour eux de prendre un nouveau départ. En effet, lorsqu’on prend conscience de la précarité de la vie, on est à même de porter un nouveau regard sur la sienne. La maladie peut changer l’échelle de valeurs personnelles d’un individu et l’amener à reconsidérer ses objectifs. À redonner un sens à sa vie.