Prévenir les cancers du rein et de la vessie

Chronique 23. Prévenir les cancers du rein et de la vessie.

Le rôle principal des reins est d’extraire les produits toxiques présents dans le sang et de les concentrer dans l’urine. En se concentrant, des produits réputés cancérigènes, peuvent induire ce type de cancers.

Le cancer de la vessie est le quatrième cancer le plus fréquent (6,9 %) chez les hommes. Il touche 8 fois plus les hommes que les femmes. L’incidence augmente avec l’âge, surtout après 60 ans (1 sur 10000).

Diagnostic

La présence de sang dans les urines est un des signes les plus caractéristiques. Vous devez consulter alors votre médecin traitant qui procédera à la recherche d’une masse palpable au niveau des fosses lombaires, d’une échographie ou d’un scanner de l’abdomen. La pathologie peut aussi se révéler par des douleurs lombaires, siégeant d’un côté. Cependant de telles douleurs peuvent accompagner une sciatique ou une infection urinaire.

La prédisposition génétique au cancer du rein est rare.

Le traitement est souvent l’ablation du rein ce qui ne pose pas de problème de survie pour le patient, avec désormais une seul rein

Il n’y a pas de réelles causes aux cancer du rein et de la vessie, mais plutôt des facteurs de risque qui  peuvent favoriser le développement du cancer.

Facteurs favorisants

Le tabac : les fumeurs ont 5,5 fois plus de risques de cancers de la vessie que les non-fumeurs  (statistiques entre 2002-2004) ;

L’obésité.

L’hypertension artérielle.

En milieu professionnel, l’exposition pendant de nombreuses années à des substances chimiques comme les hydrocarbures polycycliques rencontrés lors de travaux avec emploi de goudrons, huiles, braises de houille et suies de combustion du charbon.

En Afrique la bilharziose (en nette régression).

La radiothérapie pelvienne.

Des médicaments qui contiennent de la phénacétine (médicaments antidouleurs). Ou encore cyclophosphamides utilisés pour les chimiothérapies des lymphomes.

La dialyse pendant plusieurs années augmente le risque de développer un cancer du rein.

Y a-t-il une influence de l’alimentation ?

À ce jour, aucun aliment favorisant ou à l’inverse protecteur n’a été décrit. On a avancé qu’une consommation importante de café ou de certains édulcorants de synthèse pourrait favoriser l’apparition de cancers de la vessie. Mais aucune démonstration n’a été faite.

Indirectement un apport alimentaire excessif favorisera l’état d’obésité et donc pourra être un facteur favorable aux cancers des voies urinaires.

Références

1- Site du centre Léon Bérard, Lyon

2- http://document.environnement.brussels/opac_css/elecfile/san%2010

Norbert Latruffe

Professeur Émérite à l’Université de Bourgogne, Dijon

Chercheur bénévole au laboratoire de Biochimie